Du bois de cissard

Du bois de cissard Bouvier bernois

Bouvier bernois

myelopathie dégénérative

myelopathie dégénérative

 



Qu’est-ce que la myélopathie dégénérative ?

La myélopathie dégénérative est une condition où la moelle épinière perd sa fonction suite à une

dégénération de celle-ci. La pathogénie exacte demeure inconnue. Une cause génétique est

suspectée, mais la condition est probablement multifactorielle.

Quels sont les signes cliniques ?

Les signes cliniques sont insidieux et lentement progressifs. Habituellement, les membres pelviens

sont affectés. L’animal présente des difficultés à marcher (ataxie), de la faiblesse (parésie) et des

déficits proprioceptifs (traîne les pattes/griffes), croise les pattes, se positionne anormalement

(bouleture). Habituellement, les deux côtés sont affectés mais une patte peut être pire que l’autre.

Le contrôle de la continence (urine) est normalement préservé. Les membres thoraciques sont

épargnés jusqu’à ce que la condition soit à un stade très avancé. La myélopathie dégénérative n’est

pas douloureuse. Par contre, elle est parfois associée à d’autres conditions telle une hernie discale

qui, elle, peut causer de la douleur.

Qui peut être affecté ?

Plusieurs races peuvent être affectées.

Habituellement, ce sont les chiens de grande race,

particulièrement le berger allemand. Les autres races

rapportées sont le boxer, le welsh corgi, le bouvier

bernois, le rhodesian ridgeback, le chesapeake bay

retriever, le kerry blue terrier, le pug et même les

races croisées. 

La plupart des chiens affectés ont > 5 ans, avec une moyenne d’âge de 9 ans.

Comment faire pour avoir un diagnostic ?

Il n’y a pas de test spécifique pour diagnostiquer la

myélopathie dégénérative. Il s’agit plutôt d’un

diagnostic d’exclusion. Idéalement, une imagerie par

résonance magnétique (IRM) est effectuée afin

d’éliminer les autres pathologies pouvant affecter la

moelle épinière.

Un test d’ADN est aussi disponible. 

Il s’agit d’un écouvillon buccal envoyé à un laboratoire spécial.

Les résultats du test sont de 3 sortes :

 




Génotype: DM /DM [ homozygote mutant]

Appelé également "Touché", "affecté" "malade"

Le chien porte deux copies du gène mutant



Il transmettra forcément le(s) gène(s) mutant(s) à l'ensemble de sa descendance . Forte probabilité qu'il développe la maladie en vieillissant


 

  • Profil à écarter définitivement de la reproduction









 





Génotype: N /DM [ hétérozygotes]

 
Autres dénominations possibles : "Porteur" ou "Carrier" 

 


Le chien porte une copie du gène mutant et une copie du gène normal.



Il est très peu probable que le chien montre des signes de la myélopathie dégénérative MAIS il peut transmettre son gène mutant à sa descendance. Il peut également ne transmettre que son gène sain. C'est la raison pour laquelle, tous les chiots devront être testés, dans le cas d'un mariage entre 2 sujets N/DM :  certains des chiots peuvent avoir hérité de la copie saine de chaque parent  et être  considéré comme N/N. Cependant ce % de transmission est assez faible et il est préférable d'éviter ce type de mariage, dans une volonté d'assainissement du cheptel.

 



  • Profil de mariage fortement recommandé : N/DM uniquement avec N/N

    Cependant, il faudra forcément tester les chiots, qui peuvent avoir hérité des gènes du parent "Porteur"









 






Génotype : N/N [ homozygote normal]

On peut aussi l'identifier sous l'appellation "sain", "free" ou "clear"

Le chien est non-porteur du gène mutant.

 



 

Il est très peu probable que le chien  montre des signes de la myélopathie dégénérative en vieillissant

Il ne transmet pas de gènes mutants à sa descendance


 

  • Profil parfait pour servir d'étalon ou de lice reproductrice,

    L'idéal étant que le couple reproducteur, soit N/N

    Inutile de tester les chiots, ils sont forcément N/N  (puisque issus de 2 parents sains)









Si l’animal est porteur du gène muté, cela ne signifie pas que les signes cliniques observés sont dus

nécessairement à la myélopathie dégénérative, mais bien que l’animal est susceptible de

développer la maladie au cours de sa vie.

Quel est le traitement ?

Malheureusement, il n’y a pas de cure pour la myélopathie dégénérative. Plusieurs traitements ont

été essayés, sans réel succès à ce jour. L’exercice régulier fût prouvé comme bénéfique pour

maintenir les animaux atteints fonctionnels et ambulatoires le plus longtemps possible. La

physiothérapie, l’exercice régulier et la nage sont donc fortement recommandés.

Quel est le pronostic ?

Habituellement, la condition progresse sur 6-24 mois. Cela varie beaucoup d’un animal à l’autre. Le

pronostic à long terme est mauvais puisque la majorité des chiens vont progresser jusqu’au point

d’être non fonctionnel. Une sangle ou une serviette peut aider aux déplacements. Une chaise

roulante peut éventuellement être nécessaire.

Dre Dominique Paquette,

DMV, Diplomate ACVIM (Neurologie)

Centre vétérinaire DMV